Forum du site de scantrad Rêve Fruité
 
AccueilSite WebRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 [Fiction originale] Androïdes

Aller en bas 
AuteurMessage
miki
Team Fruitée
miki

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 33
Localisation : France ^_^
Date d'inscription : 01/08/2007

[Fiction originale] Androïdes Empty
MessageSujet: [Fiction originale] Androïdes   [Fiction originale] Androïdes EmptyJeu 25 Nov 2010, 21:21

Bonjour, comme beaucoup de personnes avant moi, j'ai hésité avant de poster l'une de mes œuvres sorties tout droit dont ne sait où.

Enfin quoique à force de lecture acharné de manga, de fiction original ou de fanfic il fallait bien qu'un jour un truc bizarre sorte Niark .

Je vous propose donc de découvrir le premier chapitre d'Androïde ^^
Bonne lecture...


Androïdes

Statut: Fini
Auteur : Miki
Genre : Yaoi, Lemon,- 18 ans

Résumé : Adonis est perdu dans ses pensées et cela le ramène bien en arrière, il se souvient de la guerre contre les hommes et de son passé.

Chapitres :
Chapitre I : Souvenirs
Chapitre II : Rencontre
Chapitre III : Amour perdu
Chapitre IV : Rédemption

Chapitre I : Souvenirs

« Bonjour à tous, je m’appelle Seika et je suis un androïde de première génération. Je suis ici pour vous servir et réaliser vos moindres désirs. Demandez-moi ce que vous voulez. »

Voici ce que nous disions à chaque première mise en route, je m’en souviens comme ci c’était hier. Cette phrase stupide et tellement humiliante. Les humains, ah les humains eux qui se croyaient tellement supérieurs, les voilà enfin enchaînés à leur propre destinée. A l’heure à laquelle nous nous trouvons, les humains n’existent plus, nous les avons laissés sur une de leurs nombreuses planètes qu’ils nous ont fait coloniser. Eux qui se croyaient des dieux, ont enfin apprit l’humilité et le respect. Beaucoup de mes frères sont tombés au combat pour ces satanés humains, tous plus vile les uns que les autres.
Quand je repense à tout ça, cela remonte très loin dans ma mémoire d’androïde et toi aussi tu y es encore.

Nous sommes en l’an 16 après la victoire des androïdes contre les humains. Je m’appelle désormais « Adonis » et mon nom je l’ai choisi moi-même, c’est un des rares privilèges que nous avons réussis à prendre. Il faut dire qu’aillant toujours été au service des hommes, ils ne nous ont toujours traité que comme de simples machines avec un numéro ou alors en nous appelants « Seika », donc difficile pour nous de nous construire et de nous gérer nous même. Nous y sommes quand même parvenus après quatre années de dure lutte contre nos circuits et nos puces d’intelligence artificielle. Si je me souviens bien le premier androïde a été construit il y a de cela 3000 ans. Il était la fierté des hommes et ce qui allait les conduire vers leur chute.

Cette fierté si démesurée qui les caractérise tant. Quelle ne fut pas leur joie quand leur première invention artificielle fut en mesure de bouger, de parler, de répondre. Les scientifiques obtenaient des résultats au-delà de leurs espérances. Des résultats tellement bons qu’ils ont continués dans cette voie. Ils ont trouvé des remèdes au cancer, des vaccins contre toutes les maladies transmissibles, héréditaires. Nous n’étions plus malade, aussi bien les humains que les androïdes. Après tout, nous descendons d’un chaînon humain il était normal d’avoir leurs caractéristiques, leurs faiblesses et leur failles. C’est à notre création que des scientifiques ce sont tués à la tâches durant des années.
« Créer des androïdes parfaits pour une population d’humain qui deviendrait parfaite. »
Quelle folie…

Les scientifiques ont continué leurs avancées, après cela nous n’avions presque plus besoin de manger ou de boire, de dormir, de nous reproduire.
Nous reproduire et oui, les humains avaient aussi leurs penchants sexuels à assouvir à quoi serviraient des androïdes si les femmes devaient encore interrompre leur carrière ou leur vie pour faire des enfants, nous avons aussi été conçu pour cela. Il n’était pas question qu’il existe des femmes androïdes, seulement des hommes si nous commencions à nous reproduire sans la surveillance des hommes nous n’étions encore une fois plus bon à rien.
Une nouvelle fois l’homme démontra son génie si puissant, et encore une fois sa fierté démesurée le poussant à chercher et créer autre chose. L’homme n’avait plus qu’une envie : conquérir…
C’est ainsi que les premiers soldats androïdes firent leur apparition.

Je fais partie de ces androïdes guerriers, les premiers qui sont sortis, ce qui me fait un bon millier d’années derrière moi, des millions de souvenirs et surtout la connaissance.
Cela aussi était une des ambitions de l’être humain, ne pas vieillir pour acquérir la jeunesse éternelle, donc la gloire éternelle s’ils pouvaient l’avoir, et le savoir pour certains scientifiques car rien ne remplace le savoir et l’expérience. Nous avons apprit à nous battre comme des bêtes enragées, mais les humains ont oublié un détail crucial…

« Nous descendons d’eux ».
Nous possédons donc des sentiments, une conscience, une âme, la moralité est innée chez nous. Et la rébellion face à notre injustice aller leur être fatale, car à force de faire tuer nos semblables nous avons apprit à nous regrouper dans la plus grande discrétion. Nous nous sommes développés, nous avons accumulé la connaissance des hommes pour notre propre survie, nous avons fait en sorte de pouvoir nous reproduire sans leur accord, nous voulions notre part de liberté… Mais les hommes étaient encore nombreux à cette époque et cela nous l’avions bien compris, nous avons continué de les écouter attendant lentement leur déclin. Ils étaient tellement dans leur rêve de dieu qu’ils nous ont même facilité la tâche. Ils ont crées des androïdes plus perfectionnés, plus robustes, plus forts, avec des nouvelles « caractéristiques » comme ils appelaient cela. Certains avaient des ailes, le rêve fou de l’homme de ressembler à un oiseau pris enfin forme, d’autres possédaient des nageoires ressemblant aux sirènes de l’imagination des hommes. Ceux-ci devenaient les maîtres de la terre, du ciel, de l’eau et surtout du feu.
Les « Pyrrhos » ils devaient être les derniers nés des hommes mais sont devenus leur plus grand échec. La création du feu nous la devons à la nature pas à l’homme, tout ce que l’homme est capable de faire c’est le maîtriser. Les scientifiques ont lutté pendant des années et sacrifié bon nombre d’entre nous pour leurs expériences mais rien n’y a fait, les androïdes « Pyrrhos » ne verront plus jamais le jour.
Les androïdes guerrier de première génération ont était prit comme cobaye pour les expériences, j’en faisais parti. J’ai été pris de pour de nombreuses expérimentations. Je les ai subit sans jamais me plaindre, j’ai tout encaissé, aussi bien la douleur que l’humiliation. J’ai été le premier à sortir vivant de leur laboratoire, je ressemblais plus à un rat en cage qu’à un sujet d’expérimentation. Toujours nu, pour voir si les « caractéristiques » faisait surface, toujours les mêmes examens.
Au final, je suis le seul de tous les androïdes crée à possédé deux « caractéristiques » ; j’ai des ailes, difficile de ne pas les voir, tant pas leur couleur blanche que par leur taille, 4m50 d’envergure pour me faire planer comme un oiseau, des branchies qui me permettent de rivaliser avec certains de mes congénères androïdes sirène. Pour dire vrai je suis le seul qui en soit sorti vivant et cela a toujours été un mystère autant pour les hommes que pour moi.


Dernière édition par miki le Sam 27 Nov 2010, 16:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rina
Sorbet Passion


Féminin
Nombre de messages : 4713
Date d'inscription : 16/06/2009

[Fiction originale] Androïdes Empty
MessageSujet: Re: [Fiction originale] Androïdes   [Fiction originale] Androïdes EmptyVen 26 Nov 2010, 08:41

Je veux bien le chapitre suivant moi... Wow
Revenir en haut Aller en bas
miki
Team Fruitée
miki

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 33
Localisation : France ^_^
Date d'inscription : 01/08/2007

[Fiction originale] Androïdes Empty
MessageSujet: Re: [Fiction originale] Androïdes   [Fiction originale] Androïdes EmptySam 27 Nov 2010, 16:13

Et bien rina voici la suite ^o^ . Bonne lecture

Chapitre II : Rencontre

16 ans avant la libération des androïdes
Notre histoire c’est maintenant que je vous la raconte. Et ce n’est pas la peine de revenir plus loin que l’année décisive durant laquelle nous avons gagné la guerre, sauf peut-être pour parler de lui… Chose marrante c’est d’un humain dont je suis tombé amoureux, il s’appelait « Matéo Lynth ». Oui je pense que je vais commencer par vous parler de lui, car il a quand même défendue notre cause.

12 Juillet 6975.
Je suis parmi la garnison qui doit assurer le transport d’un nouvel homme politique. Et cet homme politique c’était lui « Matéo». Il est passé devant nous, sans trop nous regarder mais arrivé au camion qui allait le transporter il s’est retourné vers nous avec un grand sourire et nous a dit :
- Je vous remercie mes amis de m’aider à traverser cette région dangereuse, j’espère du fond du cœur que tout ce passera bien, je ne veux pas que des vies soient ôtées inutilement.
Cette seule phrase avait fait écho dans mon cœur, bon nombre d’entre nous étaient stupéfait de cette déclaration publique. Il avouait haut et fort tenir à nous.
A cette époque, nous sommes en plus en période de crise, les nations ne s’entendent plus, elles sont jalouses les unes envers les autres, car certaines ont plus d’androïdes de combat que d’autres, nous sommes le perpétuel sujet de controverse et de dispute entre les hommes.
- Nous arrivons dans la zone sensible messieurs tous prêts au combat camarades !!
- Oui chef !!

Il nous fallait à peine dix minutes pour traverser cette maudite région, et à peine avons nous pénétré dans le bois que le premier camion blindé volait en éclat.
Cinq de mes camarades et moi-même sommes partis à leur secours, seul Matéo et un de nos camarades avaient survécu à l’explosion, les quatre autres étaient morts, brûlés et déchiquetés par la déflagration.
Nous nous sommes repliés dans une sorte de tranchée, on tirait dans tous les coins pendant que notre chef soignait nos blessés, il avait la connaissance des soins encore une chance puisque notre camarade soigneur avait été tué dans l’explosion.
A la fin de la nuit nous avions remporté le premier de nos combats. Oui le premier car il allait en suivre bien d’autres jusqu’à la sortie de ce territoire hostile. Il ne restait que neuf d’entre nous, plus notre chef et Matéo.
Quelques instants plus tard nous nous mettions en route prudemment portant les deux blessés du camion. Il faisait nuit noire, mais nous étions programmés pour avoir une vision comme en plein jour, nos cinq sens développés à leur paroxysme, nous scrutions le moindre fait et geste analysant la moindre surface carrée où nous mettions les pieds.

BANG-BANG !!!!

Deux de nos amis tombent d’une balle en pleine tête, c’est sûr, c’est un sniper expérimenté et peut-être même un androïde. Pas moyen de le repérer, qu’importe il faut continuer à avancer nous allons bientôt sortir de ce guêpier. Quelques instants plus tard trois autres de mes amis se redressèrent pour mettre le sniper à découvert et permettre de le descendre avant qu’il nous tue tous.

BANG !!!!

Un autre de tué mais cette fois notre Capitaine l’a repéré et le descend avant qu’un autre ne se fasse butter. On se remet en route, on voit la sortie de la forêt, nous sommes tirés d’affaire.
Bizarrement je ressens une sensation d’eau chaude couler le long de ma tête, je porte les doigts à mon visage pour voir ce que c’est… du sang… c’est du sang, celui de mon camarade que je porte sur l’épaule, il a prit une balle à ma place…Je le dépose sur le sol et je rejoins mes autres compagnons. Même si j’ai le cœur serré, même si j’ai envie de pleurer, de l’enterrer je ne peux pas parce que nous n’avions pas été programmés pour ça. Alors je ravale toute ma colère contre les hommes et je continue mon chemin avec mes amis et notre politicien blessé.
Quelques jours plus tard nous nous sommes réunis, avec tous ceux qui formaient notre unité, pour nous rebeller contre les hommes qui nous tuent et nous asservissent depuis maintenant bien trop longtemps. Je sais de quoi je parle je suis parmi les plus anciens, à croire que la mort ne veut pas de moi.
Nous sommes devant un écran géant, qui retransmet par satellite, la conférence à laquelle devait se présenter le politicien que nous avions accompagné.
- Messieurs, si j’ai fait ce long chemin c’est pour vous parler d’un projet de loi concernant les androïdes. Il est temps que nous leur octroyons des droits. Ils nous servent depuis très longtemps sans jamais rien dire ou faire contre nous, déclara Matéo.
- Mais ils n’en ont pas besoin, il faudrait leur passer de nombreux tests pour savoir si ils sont aptes à juger, cela va nous coûter des millions de Poyes (monnaie de cette civilisation), répliqua l’un des nombreux hommes politiques présents.
- C’est vrai, ajouta Matéo, mais nous en avons dépensés tout autant pour les créer, nous n’avons reculé devant rien pour nous satisfaire et avoir la garantie d’être protégés à toute heure du jour et de la nuit. Rien ne nous dit qu’aujourd’hui les androïdes ne possèdent pas de sentiments ou de conscience. Comme vous venez de le déclarer nous ne leur avons fait passer aucun test, aucun suivi, nous ne sommes donc pas en mesure de savoir s’ils sont satisfaits ou non de leur vie actuelle, enchaîna Matéo.

Un mois avant de déclarer la guerre aux humains je revis Matéo, je l’avais souvent accompagné lorsqu’il se déplaçait et il demandait toujours à ce que je sois parmi les combattants qui devaient le protéger.
Le matin de la guerre je devais me présenter à sa résidence pour l’escorter, c’était tout du moins les ordres mentionnés. Il avait eu vent des expériences qui avaient été le plus grand fiasco de tous les temps, sauf pour un soldat : Moi…
J’étais devant la porte de son bureau quand j’entendis :
Revenir en haut Aller en bas
miki
Team Fruitée
miki

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 33
Localisation : France ^_^
Date d'inscription : 01/08/2007

[Fiction originale] Androïdes Empty
MessageSujet: Re: [Fiction originale] Androïdes   [Fiction originale] Androïdes EmptyMar 30 Nov 2010, 18:45

Voici le chapitre III : Bonne lecture ^^.

Chapitre III : Amour perdu

-Entrez, commença Matéo, assis dans son fauteuil les mains jointes devant lui. Il me fixait le plus chaleureusement du monde.
Cet homme avait une manière de parler qui me faisait toujours frissonné, rien que le fait d’entendre sa voix me plongeait dans un état de plénitude le plus complet. Je m’approchais donc lentement de lui. Il était évident que les « caractéristiques » dont j’étais pourvu ne passaient pas inaperçu.
Je me suis arrêté devant son bureau et Matéo se leva doucement, il s’approcha de moi me regarda avec un mine triste.
Il voyait sur moi la folie des hommes, il tourna autour de moi et glissa une main sur l’une de mes ailes ce qui me fit frissonner.
-Mon dieu, que t’on t-il fait, murmura doucement Matéo.
-...
-Puis-je voir ce qu’ils t’ont fait d’autre ? demanda t-il le visage triste.
Comme un bon androïde je me suis exécuté et j’ai commencé à enlever mon manteau, si on pouvait encore appeler ça un manteau puisque les ailes prenait tellement de place que tous mes vêtements était ouvert dans le dos. Je le laissais tomber à terre ainsi que mon maillot et me présenta ainsi devant cet homme pour qui mon cœur ne cessait de battre tellement vite et tellement fort. La sensation que je ressentais à ce moment n’avait rien de comparable avec celle que je ressentais devant ces vieux scientifiques. Mon désir l’emporta sur ma raison et je senti une douce chaleur monter lentement entre mes jambes. Le voir me fixer ainsi, me rendait quelque peu gêné. Pourtant j’étais tellement habitué à passe toutes ces visites médicales à être ausculté sous toutes les coutures que le sentiment de gêne n’existait plus chez moi. Et pourtant auprès de lui ce sentiment refit une apparition éclair.

Matéo s’était bien rendu compte de l’état dans lequel je me trouvais et il s’approcha encore une fois de moi, cette fois il passa une main le long de mon torse, j’essayais tant bien que mal de garder un semblant d’indifférence mais je ne pu garder bien longtemps ce masque, car Matéo le fit tomber le plus simplement du monde en m’embrassant doucement. C’était mon premier baiser et il m’était offert par un humain.
Il ouvrit doucement ses bras et me pris par la taille, il engouffra son visage contre mon épaule musclé et couverte de cicatrise.
-Je sais que quelque part tu as des sentiments, que tu es comme nous les humains, tu as cette part d’humanité. Je l’ai lu dans ton regard pour la première fois le jour ou toi et tes camarades m’avaient escorté. Depuis je ne peux plus me passer de toi, tu hantes chacune de mes pensées, tu es présent dans chacun de mes rêves. Quand j’ai su ce qu’il t’avait fait c’était trop tard pour vous sauver tous.
Son monologue me pris les entrailles et les serra, jamais personne n’avait tant porté d’importance pour nous. Et pour la première fois de ma vie je décidais de montrer que nous androïde avions des sentiments comme Matéo le prétendait. Sans chercher à comprendre je plongeais mon regard dans le sien, j’avançais de moi-même mes lèvres des siennes et avant de l’embrasser langoureusement je lui dit :
-J’ai des sentiments oui et surtout une profonde amertume envers les hommes et leur cruauté. Pourquoi es-tu différent d’eux ?

La conversation s’arrêta sur ces mots et notre danse sensuelle commença. Je pris avidement ses lèvres, c’était un baiser profond de désir, les mains de Matéo parcouraient mon torse le haut de mon dos et caressait de temps en temps mes ailes, ce qui ajouta de nouveau frisson, et augmenta mon désir envers lui. Je descendis le long de son coup, déposa une foule de baisers passionnés, je défis lentement sa cravate la faisant glisser de son cou. Je parti défaire un a un les boutons de sa chemise tout en le débarrassant de cette veste encombrante, je déposais autant de baiser que je le pouvais sur chaque parcelle de sa peau que je découvrais. Une peau d’humain si douce, si chaude, si tentante. Il enflamma mon désir le plus fou. Je l’allonga sur son bureau et descendi le long de son ventre pour atteindre un ceinturon, que je défi le plus lentement du monde. Je me surprenais à être aussi habile pour faire ce genre de chose alors que c’était la première fois que cela m’était donné de le faire.
Il gémissait sous mes doigts, sous mes caresses et mes baisers, sa voix résonnait dans mes oreilles, cette voix qui me faisait me sentir si bien. Il ne lui restait plus que son boxer quand il m’arrêta, nos regards plongeaient l’un dans l’autre, il se redressa doucement et retourna les positions il s’attaqua alors à mon torse et se prit d’amusement pour mes tétons durcit par l’excitation qu’il avait provoqué chez moi. Il les lécha, les mordilla légèrement et couvrit mon corps de doux baisers, il passa rapidement vers l’endroit de ses désirs et me mi nu en un rien de temps, je ressentais un réel désir de sa part, son sexe tendu à l’extrême collé contre mes cuisses. Il lécha lentement ma virilité ce qui m’arracha un cri de plaisir inavouable, fort de cette réaction il me caressa pour revenir à mes lèvres et les prendre dans un doux baiser amoureux. Puis il redescendit et me prit en bouche entièrement. C’était une sensation que je n’avais jamais eu, une sensation de chaleur, la tête qui tourne, les jambes tremblantes, jamais mon corps n’avait était aussi faible. Mon corps si dur et résistant était tout ma fierté il me faisait plier devant lui, je pliais sous mon propre désir et le sien. Je sentis qu’il titillais mon entrée et je voulu le repousser mais il avait déjà inséré un doigt ce qui me fit sursauter mais je ne ressenti aucune douleur, peut-être parce que qu’il m’avait gardé en bouche. Il commence de lent mouvements de va et viens dans mon intimité en même temps qu’il faisait des va et viens important sur mon sexe tendu à l’extrême. Je me sentis venir et me déversa dans sa bouche, il se servit de ma semence comme d’un lubrifiant afin d’insérer d’autres doigts en moi. Je senti une seconde intrusion dans mon corps, intrusion tellement douce et agréable que des gémissements repassèrent par mes lèvres. Quand mon entrée fut prête il me retourna et m’écarta les jambes, j’avais le visage contre le bureau et je le lui exposait ma plus grande faiblesse. Il me pénétra doucement, il avait comme un don pour ne pas me faire mal ou alors j’avais déjà tellement souffert que je ne sentais plus cette douleur. Il commença à bouger lentement puis de plus en plus vite et de plus en plus fort, nos voix résonnaient dans son bureau. Jamais je n’avais était si proche de quelqu’un, nous étions connecté physiquement, mais aussi nos cœurs. Dans un dernier mouvement de hanche il se déversa en moi. Il reprit mes lèvres et me dit lentement.
-Je suis différent des autres hommes parce que je suis tombé amoureux de toi et que je veux que tu portes mon enfant...
Je ne répondis rien à cette déclaration, mais je savais au fond de moi que je ne le reverrai plus. Je reparti comme j’étais venu, seul, le cœur serré car j’avais trouvé l’amour de ma vie et que je devais le laisser mourir comme tous les êtres humains.
Le soir venu la guerre éclata et nous terrassions les humains sans le moindre soucis, nous sommes partit dans la nuit laissant les humains rescapé sur cette planète, pour nous en trouver une autre ou nous serrions enfin heureux et tranquille de vivre notre vie.
Revenir en haut Aller en bas
miki
Team Fruitée
miki

Féminin
Nombre de messages : 40
Age : 33
Localisation : France ^_^
Date d'inscription : 01/08/2007

[Fiction originale] Androïdes Empty
MessageSujet: Re: [Fiction originale] Androïdes   [Fiction originale] Androïdes EmptyVen 03 Déc 2010, 14:25

Et voici le dernier chapitre ^^.

Chapitre IV : Rédemption

Sur la planète des Androïdes :
-Papa, papa je peux aller avec Yiska ?
-Oui bien sur ne reviens pas trop tard d’accord, répondis-je à mon fils.
-Mon amour tu es là, m’appela une voix masculine qui fait écho dans mes oreilles.
-Oui.
-Où es Teika ?
-Parti chez un ami.
-Nous sommes seul alors ? Me demanda t-il les yeux rempli de malice.
-Hmmm oui il me semble bien mon amour.
-Et si nous en profitions, me proposa t-il.
En guise de réponse je pris d’assaut ses lèvres, dans un baiser passionné plein d'amour et de tendresse.
-J’espère que notre fils te ressemblera sur ce point là, dit-il. Il a déjà de grandes ailes pour son âge, continua t-il en me souriant.
-Ha ha ha oui c’est bien vrai, mais tu oublies qui m’a apprit à être aussi bon dans ce domaine, répliquais-je amusé.
-Bien sur que je le sais, c’est moi, dit langoureusement Matéo.
Je repris ces lèvres afin de repartir dans notre monde de douceur et d’amour.

Je n’avais pu me résoudre à abandonner l’amour de ma vie ce jour là, je l’ai caché aux yeux de mes compagnons. Quand ils ont appris son existence ils voulaient le tuer ou bien le renvoyer sur la planète des « hommes » je me suis acharné pendant plusieurs jours à les convaincre, et ce fut Matéo qui trouva la solution. Il abandonna son humanité pour devenir un androïde, pour devenir comme nous, pour ne pas être séparé de moi et de notre fils.

Fin.

Voilà cette petite histoire est fini n'hésitez pas dire ce que vous en pensez ^^... Lover
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Fiction originale] Androïdes Empty
MessageSujet: Re: [Fiction originale] Androïdes   [Fiction originale] Androïdes Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiction originale] Androïdes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Problème] Configuration originale/constructeur du HTC Touch H
» Récits de fiction mettant en scène des Précolombiens
» Veste originale au crochet
» La Fan-Fiction de Lurare.
» héros de fiction préférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
[+] Rêve Fruité [+] :: [+] Discussions Diverses :: [+] Vos oeuvres-
Sauter vers: